J'ai vu, dans la main droite de celui qui siège sur le Trône céleste, un Livre en forme de rouleau scellé de sept sceaux.
Puis j'ai vu un ange imposant, qui proclamait d'une voix puissante : « .Qui donc est digne d'ouvrir le Livre et d'en briser les sceaux ? »
Mais personne, au ciel, sur terre ou sous la terre, n'était capable d'ouvrir le Livre. Et moi, je pleurais beaucoup, parce que personne n'avait été trouvé digne d'ouvrir le Livre.
Mais l'un des Anciens me dit : « Ne pleure pas. Voilà qu'il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Judas, le descendant de David : il ouvrira le Livre aux sept sceaux. »
Et voici ce que j'ai vu encore :en face du Trône, en face des quatre Vivants et des Anciens, il y avait un Agneau ; il se tenait debout, et il était comme immolé ; ses cornes étaient au nombre de sept, ainsi que ses yeux, qui sont les sept esprits de Dieu en mission sur toute la terre. Il s'avança et reçut le Livre, que lui donna de la main droite celui qui siégeait sur le Trône.
Quand l'Agneau eut reçu le Livre, les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant lui. Chacun tenait une harpe et des coupes d'or pleines de parfums qui sont les prières des saints. Ils chantaient ce cantique nouveau : « Tu es digne de recevoir le Livre scellé et de l'ouvrir, car tu as été immolé ; par ton sang, tu as racheté pour Dieu des hommes de toute race, langue, peuple et nation, et tu en as fait pour notre Dieu un royaume de prêtres qui régneront sur la terre. »
Alors, dans ma vision, j'ai entendu la voix d'une multitude d'anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens :ils étaient des millions, des centaines de millions. Ils criaient à pleine voix :
« Lui, l'Agneau immolé, il est digne de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et bénédiction. »
Et j'entendis l'acclamation de toutes les créatures au ciel, sur terre, sous terre et sur mer ; tous les êtres qui s'y trouvent proclamaient : « A celui qui siège sur le Trône, et à l'Agneau, bénédiction, honneur, gloire et domination pour les siècles des siècles. »